Quand l'outil devient jouet, alors le travail devient un jeu.

24 Avr 2017 @ 23:04
Accueil :: ClaimID :: GProfile :: Twitter ::  ::  
Recherche   
Découvrez l'histoire de Milly-la-Forêt...

Visitez la Chapelle Saint Blaise des Simples...

Hugues de Bouville - Seigneur de Milly



Découvrez le Geocaching !



Histoire: Hugues II de Bouville, Seigneur de Milly
Transmis par: Admin actif 29 Mai 2003 @ 14:16
Bouville
1304-2004 Mons-en-Pévèle
En 1304, Philippe le Bel voulant réparer les désastres de la bataille de Courtrai, dite aussi "bataille des éperons d'or", (gagnée par les Flamands le 11 juillet 1302), convoqua le premier mai dans les plaines de l'Artois, le ban et l'arrière ban de la noblesse. Parmi les seigneurs de l'Ile de France, on voit figurer Hugues II de Bouville, seigneur de Milly (Manuscrit de Jean Croissant, secrétaire de Philippe le Bel) qui pendant cette campagne périt d'une manière glorieuse à la bataille de Mons-en-Pévèle .
A la veille de la célébration du 700ème anniversaire de sa mort, le 18 août 2004, revenons un temps en arrière sur ce personnage emblématique du Moyen-Âge, et l'histoire de la baronnie de Farcheville...





Hugues de Bouville était le fils de Jean de Bouville, issu de la famille d'Harcourt, né vers 1185 et châtelain d'Étampes, qui tint toujours un rang distingué à la cour et fut honoré par Albert, roi des Romains, de son ordre de chevalerie. Grand Amiral de France sous les capétiens, il mourut en la terre d'Auverneau, proche Milly. (Extrait de la lettre sur la ville de Milly, par Ançon).

Hugues II avait aquis de son frère Jean, valet de Philippe le Bel, la seigneurie de Farcheville, près Bouville, où il fera batir en 1291 un château de plaine. Il y fonda une chapelle qu'il dota richement en se réservant, à lui et à ses héritiers, la nomination du Chapelain (Fleureau, Antiquités d'Étampes, p608). En 1292, Hugues II, vendait aux Templiers la "Maison de la Couldre" à Bonneval, ainsi que les terres, vignes et droits seigneuriaux qu'il y tenait pour la somme de deux mille livres de Paris. Cette Maison dépendait de la Commanderie de La Boissière-lès-Châteaudun. Il vendit également Aunvilla ou La Honville à Lardy, ancienne villa gallo-romaine édifiée sur un embranchement de la route d'Orléans à Lutèce. Une mission d'hugues II de Bouville (vers 1293), consista à ramener Sanche IV de castille dans la coalition française, face au anglais d'Edouard Ier. Une autre en 1295, consolida l'alliance franco-castillane. Certainement pour le remercier, Philippe le Bel lui fit plusieurs dons en 1295 1297 et 1299. Enguerrand de Marigny sera son écuyer.

Jean de Bouville, quatrième du nom, second fils de Hugues II, succèda à son père en 1304 dans la charge de Chambellan du roi et dans la propriété de la seigneurie de Milly, mais il n'en jouit pas longtemps, il mourut en 1308. Plus tard, en 1354, la reine Blanche confirme la vente de Jehan de Bouville, de la terre et seigneurie de Nanteau.

Hugues III de BouvilleHugues III est né en 1275, et est décédé en 1331. Succédant à son frère Jean en 1308, il fut envoyé comme ambassadeur à Naples en 1314, pour aller chercher la princesse Clémence qu'épousa le roi Louis le Hutin. Il sera egalement le protecteur de son enfant Jean Ier en 1316.

Les Rois Maudits - Clémence de Hongrie et Hugues III de Bouville

Il obtint lui aussi la concession d'une chapelle en avril 1313. Il assistera à l'extinction du dernier capétien, le 1er février 1328.





Blason de Hugues de  Bouville
HUGONIS DE BOUVILLA
DOMINI MILLIACI

D'argent à une fasce de gueules,
chargée de trois annelets d'or.


Lettres patentes de 1286

En 1286, Philippe le Bel donne le fief de Milly à Hugues II de Bouville, alors son chambellan. Les lettres patentes nous apprennent que cette donation fut faite pour le récompenser de ses bons et loyaux services et que pour l'indemniser de la restitution qu'il avait faite au domaine royal de 37 1/2 d'avoine, que le roi avait permis de prendre chaque année sur sa grange de Gonesse.

La donation de Philippe le Bel comprenait plusieurs choses, d'abord le domaine de Milly avec droits de cens, bon lieu, vinage, banalité de moulin, et le château du Parc Forêt avec ses dépendances et le fief de Mondeville. Par le même acte, le roi transmit également à Hugues les droits de justice haute et basse qu'il avait sur lesdits fiefs, ne se réservant pour lui et ses successeurs que le ressort foy et hommage. C'est sans doute aussi à cette époque que le domaine de milly fut érigé en baronnie pairie : en effet, dans un arrêt tiré du registre dit "Olim", on voit que son seigneur avait scéance au Parlement comme Pair de France. Il y est nommé parmi les juges en ces termes "Milliaci Domini" et dans les aveux et dénombrements de 1383, 1397, 1451, enregistrés à la chambre des comptes, Milly est partiellement désigné comme seigneurie première, ayant tous les droits de châtellerie et seigneurie souveraine. [Ançon, lettre sur la ville de Milly] ( Geoffroy était maître veneur du roi et c'est sans doute chez lui que descendit Philippe le Hardi quand il vint dans les années 1283 et 1284 au château de Milly prendre les plaisirs de la chasse.)

Au début du XIVème siècle, Hugues II de Bouville, seigneur de Milly, fonda le chapitre de Notre Dame de cette ville. Cette fondation fut confirmée en 1304 par l'archevèque de Sens, Etienne Bécard (Archives de l'Yonne G183, Pouillé de l'ancien diocèse de Sens, Paris 1894, p92).







Parmi tous les documents que le Moyen-Age nous a laissés, le sceau, malgré sa petite taille, est l'un de ceux qui apportent les plus nombreuses informations sur l'individu. Preuve de l'identité de son possesseur, engageant sa responsabilité juridique et sa crédibilité, servant à clore, à protèger, à garantir ou à proclamer, c'est un objet fabriqué avec soin. En outre, lorsqu'il est appendu ou plaqué sur un acte, il est daté et localisé avec précision par celui-ci.

Original, le sceau l'est d'abord par le fait d'être à la fois un objet et une image. Unique, la matrice peut produire ainsi un très grand nombre d'empreintes sans s'altérer ni se détruire. La large diffusion des sceaux explique pourquoi, dans la diffusion des images et des symboles, ils jouent un rôle essentiel, souvent pionnier. Ce rôle joué par le sceau souligne combien est vaste et diverse la notion d'image dans les sociétés médiévales. En apportent la preuve ces nombreuses formules du type " quo in testimonio imaginem meam apposui..." ('en témoignage de quoi j'ai apposé mon image..'), que l'on rencontre dans les actes et qui annoncent la présence d'un sceau. Et ce sceau porte bien l'imago du possesseur, c'est à dire son image personnelle, celle qui tout ensemble le représente et le prolonge, l'emblématise et le symbolise, celle qui est à la fois lui-même et le double de lui-même.



Le sceau du chevalier d'Hugues de Bouville est représenté d'un chevalier à cheval, passant de gauche à droite, l'épée dans une main et le bouclier à l'épaule.

Moulage d'un fragment du sceau d'Hugues II de Bouville, seigneur de Milly-en-Gâtinais, chambrier du roi, chevalier.

Moulage d'un fragment du sceau d'Hugues II de Bouville, seigneur de Milly-en-Gâtinais, chambrier du roi, chevalier.
Pas de légende subsistante. 1299-09-03 diamètre 60 mm environ


Moulage du contre-sceau d'Hugues II de Bouville.
Légende restituée en latin : "CONTRASIGILLUM HUGONIS DE BOUVILLA DOMINI MILLIACI", traduction : contre-sceau d'Hugues de Bouville, seigneur de Milly. 1299-09-03




Cliquez pour avoir la situation géographique du Château de Farcheville à Bouville

La commune de Bouville a également été appelée Villiers-en-Beauce.
Et c'est lorsque la maison de Milly s'éteint, que le roi Philippe le Bel, moins d'un an après son accès au pouvoir donne le fief à son chambellan, Hugues II de Bouville et que le domaine fut érigé en baronnie-pairie avec droit de haute et basse justice.






Château de Farcheville




Inscription Corpus Etampois
le site privé du château de Farcheville à Bouville

Selon une inscription encore visible en 1667, le château de Farcheville aurait été bâti pour Hugues de Bouville en 1291. Il fut remis en état et modernisé entre 1578 et 1604. Après quelques destructions révolutionnaires, réfection du mur du parc et quelques travaux entre 1811 et 1840. Remise à automobile construite par l'architecte étampois Alphonse Adam en 1858. A partir de 1899, importantes restaurations de l'enceinte. Travaux de charpenterie sous la direction de l'architecte Anjubert en 1900.








DVD Les Rois MauditsHugues III de Bouville est un des personnages présents dans "Les Rois Maudits de Maurice Druon.

Les Rois maudits, célèbre fresque historique en sept volumes, font revivre le XIVe siècle, entre le procès des templiers et les débuts de la guerre de Cent Ans. Traduits dans le monde entier, Les Rois maudits ont remporté un succès exceptionnel et sont considérés comme un des modèles contemporains du roman historique. Le Roi de fer, premier volume du cycle, a pour figure centrale Philippe IV le Bel, roi d’une beauté légendaire qui régnait sur la France en maître absolu. Tout devait s’incliner, plier ou rompre devant l’autorité royale. Mais l’idée nationale logeait dans la tête de ce prince calme et cruel pour qui la raison d’État dominait toutes les autres. Sous son règne, la France était grande et les Français malheureux.













Quelques liens pour aller plus loin :

Institut de recherche et d’histoire des textes
Les Ordres de Chevalerie
Les Templiers et les croisades
Le temps des Templiers
Historique des croisades



Bataille de Mons en Pévèle



La chapelle de Freneville
La chapelle de Freneville, Notre Dame de Varennes,1313.


Blog :: BuzzNet :: TrekEarth ::  ::  ::  

 David REVERCHON
Site PostNuke, CMS écrit en PHP, sous GNU/GPL licence.